Depuis Dakar, le nouveau président gambien Adama Barrow prêtera serment à 16 heures

Depuis Dakar, le nouveau président gambien Adama Barrow prêtera serment à 16 heures
Photo AFP

Le président sortant refuse de céder le pouvoir après l’élection.

La Cedeao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) devra-t-elle user de la force pour obtenir du dictateur gambien Yahya Jammeh qu’il cède ce jeudi le pouvoir à son successeur élu ? Sans attendre de le savoir, des milliers de Gambiens et de touristes quittaient le pays ces derniers jours.

Arrivé au pouvoir dans l’ancienne colonie britannique, il y a 22 ans, par un coup d’Etat, Yahya Jammeh avait pourtant, dans un premier temps, reconnu sa défaite à l’élection présidentielle du 1er décembre, avant de la contester une semaine plus tard. C’est ce jeudi qu’est fixée la passation de pouvoir.

L’Union africaine menace

Le président élu, Adama Barrow, qui s’est réfugié au Sénégal voisin dimanche dernier, a reçu le soutien de la Cedeao et de l’Union africaine, qui a menacé Yahya Jammeh de « graves conséquences » s’il ne quittait pas le pouvoir ce jeudi, date à partir de laquelle il ne sera plus considéré comme légitime.

Yahya Jammeh a perdu, ces deux dernières semaines, le soutien de plusieurs de ses ministres, qui ont quitté son gouvernement, et du maire de Banjul (la capitale), qui a quitté ses fonctions. Mais il a reçu mercredi l’appui de son assemblée nationale, qui a voté une résolution prolongeant son mandat de trois mois.

La Cour se récuse

Le président sortant conteste en effet en justice la validité des élections du 1er décembre. Mais la Cour suprême a refusé, le 9 janvier, de se prononcer avant la nomination de nouveaux juges destinés à étoffer ses rangs.

Ces nouveaux juges devraient en effet être fournis par les pays voisins, singulièrement le Nigeria : la Gambie – pays de 2 millions d’habitants enclavé dans le Sénégal à l’exception de 80 km de littoral atlantique – a souvent recours aux magistrats du grand-frère anglophone de la région, faute d’en disposer à suffisance. Mais le Nigeria est bien décidé à obtenir le départ du dictateur gambien défait dans les urnes.

Le président Jammeh – qui a fait du pays une « République islamique » en 2015 – a décrété mardi l’état d’urgence. Des militaires qui lui sont fidèles ont arrêté des officiers qui refusaient de refaire allégeance au président sortant, comme le leur demandaient des commandants de la Garde républicaine, qui assure la protection de Yahya Jammeh.

Intervention militaire

Samedi dernier, lors d’un mini-sommet consacré à la Gambie, la Cedeao a décidé de préparer une intervention militaire dans ce pays. Mercredi, des mouvements de l’armée sénégalaise étaient signalés à la frontière gambienne. A été évoquée la possibilité de procéder à la prestation de serment d’Adama Barrow dans un des pays de la Cedeao, tandis que l’entourage du président élu maintenait, mercredi, qu’elle aurait bien lieu à Banjul, mais sans expliquer comment.

De son côté, M. Jammeh avait à nouveau saisi la Cour suprême, jeudi dernier, pour obtenir l’interdiction pour cette Cour de participer à la prestation de serment de son successeur. Le seul jugé présent à Banjul, un Nigérian, s’est récusé lundi.

Touristes évacués

Depuis mercredi, les agences de voyage – Thomas Cook, Tui – ont entamé des procédures de rapatriement de leurs clients en vacances en Gambie. Il s’agit essentiellement de touristes britanniques et néerlandais, auxquels leurs gouvernements ont conseillé de quitter le pays.

Ces derniers jours, quelque 26 000 Gambiens, ainsi que des Ouest-Africains et Libanais vivant en Gambie, ont aussi fui le pays, préférant attendre au Sénégal voisin, voire plus au sud, en Guinée-Bissau, que l’orage passe.

Selon le Haut Commissariat de l’Onu pour les Réfugiés, il s’agit surtout de femmes, d’enfants et de personnes âgées.

 

 

MFC (AVEC AFP ET REUTERS)

Source: lalibre.be

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply