Démantèlement d’un trafic international de fichiers pédopornographiques via WhatsApp

Démantèlement d’un trafic international de fichiers pédopornographiques via WhatsApp
Photo Reporters

38 suspects ont été arrêtés en Europe et en Amérique latine dans le cadre du démantèlement d’un trafic de vidéos et d’images pédopornographiques via l’application de messagerie mobile WhatsApp, ont indiqué mardi Europol et Interpol. 

Plus de 300 ordinateurs, téléphones portables, tablettes et disques durs contenant plusieurs téraoctets d’images pédopornographiques ont été également saisis, ont rapporté l’Office européen des polices Europol et l’organisation internationale de coopération policière Interpol. Les 38 arrestations ont eu lieu le mois dernier dans quinze pays, notamment en Argentine, au Mexique, en Colombie, au Pérou ou encore en Allemagne, en Italie, au Portugal et en Espagne.

Lancée mi-2016 par la police espagnole, l’opération Tantalio s’est d’abord concentrée sur le réseau Tor, qui permet de naviguer anonymement sur internet. Mais à la suite de « preuves claires d’un partage prolifique d’images indécentes », les enquêteurs espagnols ont découvert des liens avec des utilisateurs de groupes privés sur WhatsApp.

« Un total de 25 groupes, formés par invitation uniquement, sont actuellement analysés », a précisé Europol, parlant d’un « réseau criminel interconnecté ».

Les enquêteurs sont parvenus à identifier plus de 130 suspects, consommateurs d’images et producteurs, et ont élaboré des « dossiers de renseignements » contenant par exemple leur identité et leur implication dans l’affaire. Le matériel pédopornographique saisi est examiné « avec l’objectif d’identifier les enfants qui sont victimes de ces crimes et de les sauver de la situation dangereuse » dans laquelle ils se trouvent, a souligné le communiqué.

Pour le coordinateur des opérations de lutte contre le crime envers les enfants au sein d’Interpol, Bjorn Sellstrom, cette opération « envoie un message important »: la police à travers le monde reste unie amener devant la justice ceux qui « participent à ou profitent de ces crimes odieux ».

 

BELGA

Source : lalibre.be

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply