Décès du célèbre sculpteur algérien Mohamed Demagh

Décès du célèbre sculpteur algérien Mohamed Demagh

Mohamed Demagh était considéré par ses pairs comme l’un desplus grands maitres de la sculpture en Afrique

Le “loup blanc” des Aurès est parti. Le grand sculpteur et révolutionnaire algérien Mohamed Demagh est décédé ce matin des suites d’une longue maladie.

Né le 4 juillet 1930, Mohamed Demagh, dont le père était instituteur, a fréquenté l’école technique d’ébénisterie de Hussein dey.

Monument de la sculpture en Algérie mais aussi moudjahid dès la première heure, il avait survécu, durant la guerre de libération nationale, le 24 juin 1956, à un bombardement de l’aviation française lorsqu’il était au maquis dans les Aurès sous le commandement de Abdelhamid Boudiaf où 35 de ses compagnons avaient péri.

L’artiste Mohamed Demagh avait laissé le métier de menuisier-ébéniste pour se consacrer à son art de sculpteur pour lequel il avait consacré sa vie entière.

Ses débuts artistiques remontent à 1966. Depuis, Mohamed Demagh a enchaîné les expositions personnelles et collectives en Algérie et à l’étranger.

Il compte plusieurs oeuvres dont “La Mère et l’enfant” primées au Festival Panafricain d’Alger en 1969 où il avait obtenu le premier prix et “L’Etonnement”.

Après les attentats du 11 septembre Mohamed Demagh a créé une œuvre à partir de débris de bombes qui datent de la Guerre d’Algérie en hommage aux victimes. Mais la sculpture qu’il chérissait de toutes ses oeuvres, est celle de “Tef’faha” qui portait une histoire personnelle liée aux souvenirs des parents de l’artiste.

La sculpture, rapportent certains journalistes qui avaient eu le privilège de connaitre l’artiste, s’est révélée à lui au maquis alors qu’il était combattant dans les rangs de l’ALN. Il avait commencé à collecter et à sculpter des objets en bois.

Le goût de la sculpture s’est ancré en lui. Sa sculpture devient alors une sculpture-témoin des temps qu’il traverse.

Mohamed Demagh était considéré par ses pairs comme l’un desplus grands maitres de la sculpture en Afrique.

Dès l’annonce du décès du “Maître”, ses amis et élèves se sont empréssés de lui rendu hommage sur les réseaux sociaux. Ils ont raconté de petites anecdotes ou ont exprimé leur tristesse de le voir partir.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply