CAN 2017 : un levier de croissance pour le Gabon

CAN 2017 : un levier de croissance pour le Gabon

La 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN) qui se tient cette année en territoire gabonais, est une véritable opportunité de relance du pays des panthères. Malgré les absences annoncées de célèbres joueurs comme Samuel Eto’o ou Didier Drogba, le pays pourra compter sur son potentiel touristique pour attirer du monde.

Pour la deuxième fois en cinq ans, le Gabon organise la Coupe d’Afrique des Nations de football version masculine. Une compétition qui a valu un investissement de nombreux milliards à l’Etat gabonais. Construction et rénovation de stades, aménagement des routes et des hôtels, ainsi que le lancement de nouvelles compagnies de transport. Cet investissement a permis au pays de présenter un tout autre visage à la veille du lancement officielle de cette grande fête sportive. L’ensemble de ces dépenses devront permettre au pays de répondre aux attentes d’une compétition de cette envergure.

Au-delà des dépenses effectuées par le trésor public, le gouvernement gabonais s’attend également à d’importantes retombées sur le plan économique.  Le pays vient de se doter de deux stades flambants neufs: ceux de port-gentil et d’Oyem, deux infrastructures qui serviront ensuite pour alimenter le championnat local qui ambitionne de se professionnaliser très vite. Le secteur touristique connaîtra également une forte poussée notamment à travers les nombreux visiteurs étrangers qui feront le déplacement. Que dire alors du secteur des télécommunications, des brasseries ou encore de la restauration, des activités qui bénéficient déjà d’une croissance importante.

La CAN de football qui se tient à partir de ce samedi 14 janvier, est également une véritable opportunité pour attirer les investisseurs. Le pays devra bénéficier d’une grosse campagne de publicité qui favorisera à coup sûr la promotion de l’image du pays. Sur le plan hôtelier par exemple, le pays pourrait renforcer sa capacité en faisant appel aux grandes chaînes comme Accor et Azalai. Estimé à 83 établissements sur le site panafricain JumiaTravel, le secteur hôtelier gabonais à encore des choses à apprendre des pays comme le Nigéria ou la RDC voisine.

Pays d’Afrique subsaharienne, le Gabon tire l’essentiel de ses ressources de l’exploitation pétrolière. Le tourisme se positionne de plus en plus comme une manne grâce aux richesses culturelles et d’autres atouts dont dispose le pays: une nature bien gardée, des cours d’eau au milieu de forêts pleines d’espèces rares.

Simon Mbelek

Public Relations Manager –  Jumia Travel

admin
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply