Benghebrit est « l’Homme » de la situation

Benghebrit est « l’Homme » de la situation
Photo : HuffPost Maghreb | Par Malik Tahir

Après la finale de la Champions League, les algériens ont l’air d’avoir tourné leur regards vers la ministre de l’éducation, Mme Nouria Benghebrit, à croire qu’elle est la source de tous les malheurs des algériens, alors que c’est la ministre de l’éducation la plus compétente de l’histoire d’Algérie.

Elle a peut-être du mal à s’exprimer en arabe, comme la majorité des algériens d’ailleurs, mais il faut avouer que cette femme a les compétences pour occuper le poste de ministre de l’éducation nationale.

Depuis qu’elle est à la tête de ce ministère, elle a subi plusieurs tentatives de déstabilisation. Après avoir été lynchée sur la place publique à cause de ses prétendues origines juives -comme si c’était un crime-, elle a encore été victime de son manque de maîtrise de la langue arabe.

Ses mésaventures avec certains médias ne sont pas prêtes de s’arrêter.

On assiste actuellement à une campagne qui vise à la faire tomber à tout prix. Ils veulent sa tête et ils sont prêts à tout. Il faut savoir que s’il y arrivent, ils feront de même avec tous les suivants.

Même s’il y a encore beaucoup à faire dans ce secteur, elle a entrepris des mesures courageuses pour sortir l’école algérienne de son obscurantisme, mais sa démarche ne fait pas l’unanimité chez les conservateurs et les défenseurs de l’immobilisme.

Depuis son arrivée à la tête de ce ministère sensible, elle a fait bouger beaucoup de lignes rouges, et c’est ça qui dérange. Les coups bas se multiplient et la dernière en date c’est la divulgation des sujets du bac 2016, chose qui ne peut être rendu possible sans la complicité de personnes proche du secteur de l’éducation.

 

SY

 

 

2 comments
Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

2 Commentaires

  • Anis aoun
    3 juin 2016, 1 h 00 min

    Pour faire couler un pays il faut toucher a son éducation et ses frontières.

    REPLY
  • Votre nom *
    3 juin 2016, 14 h 01 min

    My respect for her

    REPLY