Autriche : la révérence d’une ministre à Poutine fait polémique

Autriche : la révérence d’une ministre à Poutine fait polémique

Samedi 18 août, le président russe a assisté au mariage de Karin Kneissl, la ministre autrichienne des Affaires étrangères apparentée au FPÖ (extrême droite). Cette dernière a effectué une révérence à Poutine. Un geste qui est loin d’être anodin.

C’est une image qui fait un tollé en Autriche. Samedi 18 août, Karin Kneissl, la cheffe de la diplomatie autrichienne, a dansé une valse avec Vladimir Poutine avant de faire une révérence, en s’agenouillant, au président russe. Une vidéo de cette scène, réalisée lors du mariage de Kneissl et diffusée par Russia Today (la chaîne d’information russe financée par le Kremlin), est devenue virale sur internet.

«Comment une ministre des Affaires étrangères peut-elle être assez peu professionnelle pour produire des images qui la montrent agenouillée devant Poutine?», estime le publiciste Robert Mizik. Les réactions estiment que cette révérence traduit une certaine forme de «soumission» de l’Autriche à la Russie, alors que Vienne est actuellement à la présidence du Conseil de l’Union européenne jusqu’en décembre prochain.
«Comment la présidence autrichienne de l’UE peut-elle jouer comme elle le prétend un rôle d’intermédiaire honnête (entre les 28 et Moscou) si la ministre des Affaires étrangères et le chancelier se placent aussi clairement d’un côté?» s’était ainsi interrogé vendredi le ténor social-démocrate (SPÖ, opposition) Andreas Schieder, avant même la venue de Poutine.

Le parti Vert (opposition) a demandé la «démission immédiate» de la ministre, soulignant que «Vladimir Poutine est l’adversaire le plus agressif de l’UE en matière de politique étrangère».

«Une diplomatie de la danse et de la noce»

Pour Natalie Nougayrède, éditorialiste au Guardian, cette danse signifie que Vladimir Poutine ne veut sûrement pas danser avec «l’Europe des Lumières, incarnée aujourd’hui par les démocrates libéraux luttant contre la vague populiste». Car la ministre autrichienne est apparentée au FPÖ, l’extrême droite autrichienne. Le parti noue de très bonnes relations avec la Russie et est eurosceptique. Pour ses membres, la révérence de la ministre autrichienne ne pose donc aucun problème.
«Une diplomatie de la danse et de la noce, empreinte de politesse, de cordialité et de bonnes manières: on ne peut pas mieux représenter l’Autriche» a déclaré Heinz-Christian Strache, vice-chancelier et à la tête du FPÖ, avant d’ajouter que Kneissl avait fréquenté la prestigieuse école de danse viennoise Elmayer et «sait comment il faut faire». Le directeur de cette école, Thomas Schäfer-Elmayer, a précisé aux médias autrichiens qu’«à chaque bal, les dames font la révérence devant leur partenaire, un signe de profond compliment».

Lors de l’annonce de la présence de Poutine au mariage, une partie de la presse avait pointé les conséquences néfastes sur l’image de neutralité du pays. L’Ukraine, loin d’être réjoui de ce rapprochement, jugeait que «l’Autriche ne pourrait plus être médiatrice» dans les conflits concernant le pays, rapporte Der Standard. À l’issue de la visite de Poutine, les réactions étaient différents dans certains médias russes. Pour le magazine conservateur Expert, Vienne aspire à jouer le rôle de «leader, rassembleur respectable des forces conservatrices européennes – pas seulement centrales ou orientales mais aussi occidentales».

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply