Aujourd’hui c’est la Journée internationale du leader Nelson Mandela

Aujourd’hui c’est la Journée internationale  du leader  Nelson Mandela

Agissez ! Inspirez le changement!

Chaque année le 18 juillet, jour de la naissance de Nelson Mandela, l’ONU se joint à la Fondation Nelson Mandela pour exhorter le monde à consacrer 67 minutes de son temps à aider les autres, afin de commémorer la Journée internationale qui lui est consacrée.

Pendant 67 ans, Nelson Mandela a mis sa vie au service de l’humanité, en tant qu’avocat spécialiste des droits de l’homme, prisonnier de conscience, architecte international de la paix et premier président démocratiquement élu d’une Afrique du Sud libre.

Historique de la Journée

En novembre 2009, l’Assemblée générale des Nations Unies déclarait le 18 juillet « Journée internationale Nelson Mandela » en l’honneur de la contribution apportée par l’ex-Président sud-africain à la culture de la paix et de la liberté.

La résolution A/RES/64/13 de l’Assemblée générale reconnaît les valeurs défendues par Nelson Mandela et son dévouement au service de l’humanité, qu’il a manifesté par son action humanitaire dans les domaines du règlement des conflits, des relations entre les races, de la promotion et de la protection des droits de l’homme, de la réconciliation, de l’égalité entre les sexes, des droits des enfants et autres groupes vulnérables, et du progrès des communautés démunies et sous-développées. Elle reconnaît la contribution qu’il a apportée à la lutte pour la démocratie à l’échelle internationale et à la promotion d’une culture de paix dans le monde entier.

Règles Nelson Mandela

En décembre 2015, l’Assemblée générale a décidé d’étendre la portée de la Journée internationale Nelson Mandela pour qu’elle serve également à promouvoir des conditions de détention humaines, à sensibiliser l’opinion au fait que les détenus continuent de faire partie de la société et à reconnaître l’importance particulière du travail social accompli par le personnel pénitentiaire.

A travers la résolution A/RES/70/175, l’Assemblée générale a non seulement adopté l’Ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus sous sa forme révisée, mais a également approuvé sa dénomination « Règles Nelson Mandela » pour rendre hommage à l’œuvre accomplie par l’ancien Président sud-africain, Nelson Rolihlahla Mandela, qui, du fait de son combat mondial en faveur des droits de l’homme, de l’égalité, de la démocratie et de la promotion d’une culture de paix, a passé 27 ans de sa vie en prison. .

Mandela : les discours entrés dans l’Histoire

Nelson Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo et mort le 5 décembre 2013 chez lui à Johannesburg, en Afrique du Sud1, est une personnalité politique sud-africaine. Il a été président de la République d’Afrique du Sud entre 1994 et 1992.

Nelson Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 en Afrique du Sud, appelé Rolihlahla dans sa langue natale, le xhosa (ce qui veut dire « fauteur de troubles »!), il a fréquenté l’école primaire à Qunu où son professeur Mlle Mdingane lui donna le nom de Nelson, conformément à la coutume de donner à tous les enfants de l’école des noms « chrétiens » et anglais. Le nom Madiba est le nom de son clan (une famille royale) et c’est une marque de respect de le nommer ainsi.

Il est issu d’une famille royale de l’ethnie xhosa et a treize frères et sœurs. Dans sa famille il est le premier à aller à l’école. Son père est mort alors qu’il avait 9 ans. Mandela explique n’avoir ressenti aucun chagrin car il le voyait rarement. Après le décès de son père, sa mère décide qu’il quittera le village de Qunu pour aller en pension chez le chef du village voisin beaucoup plus riche avec des gens habillés à l’occidentale.

C’est dans ce village que Mandela commence à prendre conscience de l’oppression des blancs sur les noirs. À 16 ans il ne considère plus les blancs comme des bienfaiteurs mais comme des oppresseurs.

En 1939 il ira à l’université de Fort Hare unique université pour les noirs où il entreprend des études d’art mais il est renvoyé après avoir boycotté le règlement. Il retourne alors dans son village natal mais il décide de fuir avec son frère pour échapper à un mariage arrangé. Il va alors à Johannesburg où il fera des petits métiers. Il sera veilleur de nuit dans une mine d’or puis stagiaire dans une entreprise où il classe les dossiers et enfin il décide de devenir avocat. Il entreprend alors des études de droit. En 1942 il obtient sa licence de droit et se fait engager dans un cabinet d’avocat grâce à son ami Walter Sisulu et 9 ans après il ouvre le premier cabinet d’avocats dirigé par des noirs.

Il devient avocat et membre du parti politique, le Congrès national africain (ANC), en 1944, il a longtemps lutté contre l’apartheid3 dans son pays natal, de manière pacifique, non violente. Cependant son parti, l’ANC, est interdit en 1960, et sa lutte pacifique ne donne aucun résultat.

En 1943, il devient membre du Congrès National Africain (ANC) où il lutte contre les discriminations raciales et l’oppression de la minorité blanche.

En 1944, il rencontre et épouse Evelyn Mase avec qui il aura deux fils et une fille. Il divorce quelques années plus tard (1957) et il rencontre sa seconde femme la même année (Nomzamo Winnifred «Winnie» Madikizela) avec qui il aura deux filles.

En décembre 1961 il lance l’aile armée de l’ANC dont il devient le commandant en chef.

En 1961, il participe à une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires. Il est arrêté en 1962. En juin 1964, il est condamné à perpétuité. Il reste 27 ans sur l’île de Robben où il est détenu prisonnier. Il devient le symbole de la lutte pour l’égalité raciale.

Il est relâché en février 1990, à la suite de fortes pressions internationales sur le gouvernement blanc de l’Afrique du Sud .

Le 30 juin 1991 l’apartheid est définitivement abolie. La même année il est élu président de l’ANC et dirige les négociations de la transition. Deux ans plus tard il reçoit le prix Nobel de la paix avec le dernier président de l’apartheid .

En 1994, devient le premier président noir d’Afrique du Sud, jusqu’en 1999. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Blancs et Noirs et lutte contre les inégalités économiques. Il instaure une démocratie en Afrique du Sud. À la fin de son mandat, il lutte contre la pauvreté et le SIDA. Il milite pour la défense des droits de l’homme.

En 1996 il divorce avec « Winnie » dont il était séparé depuis quatre ans et deux ans plus tard épouse Graça Machel, veuve de l’ancien président mozambicain Samora Machel.

En 1999 il se retire de la vie politique, et meurt, 14 ans plus tard, le 5 décembre 2013, à l’âge de 95 ans.

 url   

« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse »       Nelson Mandela 

 

 

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply