Algérie profonde : le vice-Président de Drâa Ben khedda exerce son droit de réponse

Algérie profonde : le vice-Président de Drâa Ben khedda exerce son droit de réponse
Crédit Photo : photo fournie par M. Djeghlouli

Suite à notre article publié le 10 juin 2016 sous le titre : « Portrait : Draâ Ben Khedda, une ville pas comme les autres », le vice-Président de cette ville, M. Kamel Djeghlouli a accepté d’exercer son droit de réponse pour apporter certains éclaircissements sur la situation économique et sociale de sa commune.

 

Est-ce que vous pouvez nous présenter M. Kamal Djeghlouli en quelques mots ?

 Je vous remercie tout d’abord d’ouvrir les colonnes de votre journal à notre ville.

M.DJAGHLOULI est natif de Drâa Ben khedda, diplômé de l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou, marié, et père de deux enfants.

Quel est le cheminement professionnel et personnel qui vous a mené au poste de vice-président de la ville de Drâa Ben Khedda ?

J’ai passé onze belles années comme enseignant au CEM dans la splendide région des Ath Yahia Moussa où j’ai eu l’honneur de côtoyer ces nobles habitants auxquelles je rends un grand hommage aujourd’hui. C’est à Tafoughalt que j’ai été marqué par la bravoure et le patriotisme qui se lit dans les yeux de ces militants de la première heure de la cause nationale.

À la sortie du CEM j’étais toujours pressé d’aller à la rencontre de mes frères du parti Harakat moujtamaa essilm (MSP) pour discuter de la manière dont on pourrait faciliter la vie à nos chers concitoyens.

Le mandat de vice-président de l’APC de Drâa Ben Khedda m’a été confié par les citoyens de ma chère ville en votant massivement pour la liste qui a été présentée par les instances de ma formation politique.

Quelles sont vos réalisations les plus pertinentes à ce poste ?

Mes priorités depuis ma prise de fonctions c’est d’être à l’écoute du citoyen, de le Servir, traiter ses doléances avec beaucoup d’intérêt, et suivre les différents projets lancés par la commune.

Je suis un homme de terrain et j’aime me mettre en tenue de travail pour inspecter de visu nos différents chantiers. Ça me permet de suivre la progression des projets et de pallier aux difficultés rencontrées en un laps de temps très court. L’une des missions les plus importantes que j’assure c’est le maintient de la stabilité de l’APC pour laquelle je me suis engagé depuis le premier jour de mon élection.

Quelle est votre analyse de la situation de votre ville sur le plan social et économique ?

Nous sommes très actifs sur le plan social, mais toujours dans la limite des moyens qui sont à notre disposition. Du logement social à la circoncision, en passant par le couffin du ramadan, la commission sociale fait un travail de Fourmies. Elle traite les dossiers et elle veille à améliorer la situation sociale de nos concitoyens en se rapprochant des personnes les plus démunies.

Concernant le volet économique, Drâa Ben Khedda a grandi très vite et son économie a suivi aussi. Il suffit de constater l’activité commerciale grandissante pour comprendre que sa santé économique est bonne et qu’elle s’est nettement améliorée.

Pour preuve, je peux citer par exemple la relance des deux zones d’activités ou encore le nombre de commerçants qui a doublé, pour passer de 1000 à 2320 inscrits tous registres confondus. La ville compte aussi 199 personnes morales selon le recensement de novembre 2015. Grâce à cette activité croissante la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) s’élève à plus de 18 milliards de centimes. Les premiers bénéficiaires de cette rente c’est certainement les habitants de notre ville et le meilleur est à venir inchaa Allah.

Pouvez-vous nous citer les projets qui sont en cours de réalisation pour assurer le développement économique de votre ville ?

Depuis notre arrivée en 2012 Drâa Ben Khedda est une ville chantier. En ce moment nous avons lancé plusieurs projets dont :

• La construction et l’équipement de 06 classes à l’école Toubal.
• Aménagement et confortement du marché de proximité en R+2 et ce dans l’ex-marché de fruits et légumes.
• Édification d’un mur de clôture pour le siège de la mairie.
• Aménagement de l’esplanade du 08 mai 1945 en plein centre-ville pour lui redonner son charme d’antan et je dirais même qu’on va avoir une meilleure version.
• Réalisation d’une école primaire au niveau du lotissement Taourès ll de type D1 et ce pour désengorger les écoles limitrophes.
• Mise en place de gradins au niveaux du stade Kaci Ali.
• Réalisation d’une annexe pour le siège de la mairie au niveau de l’EPLF au sud de la ville.                               • Renouvellement du réseau d’assainissement de la cité Benani (ex 200 logements).
• Réalisation de 03 nouvelles classes à l’école Toubal.
• Réaménagement de la cité Benani (trottoir, dallage, carrelage…)
• Réalisation d’une cantine scolaire d’une capacité de 200 repas à l’école Frihi.

Ajoutons à cela Plus de 16 projets dont différents aménagements : AEP, assainissement, espaces verts…etc.

Il est actuellement très difficile d’accéder à Drâa Ben Khedda, quelles sont les solutions que vous envisagez pour mettre fin au calvaire des automobilistes ?

Concernant l’épineux problème de la circulation c’est un problème national qui est d’ailleurs discuté par les plus hautes instances de l’état, mais de là à dire qu’il est très difficile d’accéder à Drâa Ben Khedda ça risque de nous faire fuir des visiteurs car notre ville est un marché à ciel ouvert par excellence.

L’achèvement de la pénétrante qui est à 02 kilomètres du centre-ville, le transfert de l’ancien rail, l’ouverture prochaine du passage ancienne-nouvelle ville au niveau de l’ex-marché de fruits et légumes pourront aussi résorber les quelques difficultés mineures rencontrées par les automobilistes.

On assiste ces jours-ci à des agrandissements anarchiques des commerces qui piétinent sur l’espace public. Pourquoi vous n’agissez pas ?

La ville est beaucoup moins anarchique qu’elle l’était en 2012. Si vous me parlez de l’immeuble ENIEM les commerçants en question ont constitué des dossiers conformes et ils ont été autorisés dans les règles de l’art. Nous leur souhaitons bon courage et beaucoup de succès dans leurs entreprises.

Des terrains ont été accaparés par la force à Mouldiouene et Touares. Qu’avez-vous fait pour rendre ces biens publics à la ville ?

Depuis notre installation nous avons mené une guerre sans merci contre les constructions illicites, aux bidonvilles poussant par-ci par-là, et nous avons délocalisé le marché de fruits et légumes du centre-ville. Franchement nous avons hérité d’une situation très délicate, nous limitons les dégâts.

Si un investisseur souhaite réaliser un projet d’envergure dans votre ville, avez-vous des terrains à lui proposer actuellement ?

Qu’il soit le bienvenu. Nous l’assisterons jusqu’à l’aboutissement de son projet. La Société de Gestion Immobilière (SOGI) va récupérer quelques terrains non exploités qui seront mis à la disposition des nouveaux investisseurs.

Des informations parvenues à notre rédaction font état de l’attribution du logement de fonction de l’ancien maire, M. Boukris, à son fils qui habite au Canada, vous confirmez ?

Effectivement, ça été fait sous un autre mandat qui ne nous concerne pas et plus précisément en 2007. C’est M. Miraoui qui était au poste de Président à l’époque et il a procédé au changement de contrat. M.Djeghlouli était dans le camp de l’opposition.

Notre informateur précise que le changement de contrat a eu lieu entre 2010 et 2013, vous confirmez ?

 Non, le changement a eu lieu en 2007.

Est-ce que vous trouvez normal qu’un bien de la ville soit donné à un résident canadien alors que des citoyens de votre ville souffrent de la crise du logement ?

Je trouve ça injuste.

Avez-vous une bonne relation avec le maire actuel ?

Vous me faites faire un voyage dans le temps de plus d’un quart de siècle, où sous l’égide des scouts musulmans algériens, nous chantions ensemble : « mine jibalina talaa sawtou l hrar younadina… ».

Sur le plan politique M.Sbahi est un adepte du « vivre-ensemble « , il nous consulte sur les questions stratégiques, nous le consultons aussi avant de prendre des décisions et la confiance est là.

Est-ce que vous allez briguer le siège de Président de la ville aux prochaines élections ?

Si les citoyens jugent que ma candidature sera bénéfique à la ville et si les instances du parti l’avalisent je répondrai présent à l’appel pour assumer mon devoir et servir mon pays.

Un dernier mot pour nos lecteurs de Drâa Ben Khedda ?

J’aimerais souligner les avancées de ses dernières années. Drâa Ben Khedda a pris les dimensions d’une méga-ville et je dirais même d’envergure nationale grâce à un centre anti-cancer, un hôpital de cardiologie infantile, un institut national de la formation professionnelle, et de nombreux autres projets comme le train rapide ainsi que la nouvelle pénétrante.

Je tiens également à vous remercier, vous, et toute l’équipe d’Élite Presse pour l’attention particulière que vous accordez à notre chère ville, Drâa Ben Khedda, qui le mérite pleinement et je dis saha aidkoum à tous.

Entrevue réalisée par Karim ARHAB
Journaliste

 

 

1 comment
Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Votre nom *kissoum
    6 juillet 2016, 2 h 34 min

    Bien parler monsieur djaghlouli lahibarek
    Comité du quartier Eniem
    Par le SG. Du comité M-kissoum
    Ou nom de tous les membre du comité
    Et en vous souhaite une bonne continuation.

    REPLY