2016: la notion de circonscription administrative fait sa véritable entrée dans certaines wilayas

2016: la notion de circonscription administrative fait sa véritable entrée dans certaines wilayas
Photo APS

GHARDAIA – Assimilée initialement à la politique d’aménagement du territoire et de développement des régions du sud du pays, la notion de circonscription administrative a fait en 2016 sa véritable entrée dans certaines wilayas conformément au décret présidentiel du 27 mai 2015 portant création de circonscriptions administratives.

Cette nouvelle notion territoriale, axée sur le rapprochement du centre décisionnel du citoyen notamment dans les wilayas du Sud caractérisées par l’étendue de leur territoire et l’éloignement du chef-lieu de wilaya, a permis d’ériger une dizaine de circonscriptions administratives à Djanet (wilaya d’Illizi), El-Meghaier (El-Oued), Ouled-Djellal (Biskra), Touggourt (Ouargla), El-Menea (Ghardaïa), In-Salah et In-Guezzam (Tamanrasset), Timimoune et Bordj Badji-Mokhtar (Adrar) et Béni-Abbès ( Bechar), pour dynamiser le processus de développement socio-économique de ces entités.

Le choix de ce découpage, qui s’inscrit dans le cadre de la décentralisation comme mode de gouvernance, vise à offrir la meilleure voie pour dynamiser et renforcer les efforts de développement déployés par les pouvoirs publics sur le terrain ainsi qu’à remédier aux disparités territorial, estime le secrétaire général de la wilaya de Ghardaïa, Kamel Nouacer.

Pour ce faire, un programme de mise à niveau pour chaque circonscription a été lancé durant l’année 2016 dans le but de favoriser l’intégration économique, la cohésion sociale et le développement durable de ces régions, a-t-il indiqué.

Ainsi, chaque circonscription administrative a bénéficié d’une enveloppe budgétaire de plus de 500 millions de DA, selon l’importance de la région, dans le cadre du Fonds complémentaire de solidarité avec les collectivités locales (FCSCL) pour la réalisation d’un ensemble d’infrastructures prioritaires pour sa mise à niveau.

A titre d’illustration, la circonscription d’El-Menea a bénéficié de 550 millions DA pour sa mise à niveau, l’acquisition du matériel et les équipements nécessaires et prioritaires pour la bonne marche de l’entité administrative, afin de répondre aux besoins du citoyen et permettre de gérer l’ensemble des secteurs économiques et sociaux de son espace territorial.

Renforcer le principe du développement de proximité

Pour plusieurs élus locaux approchés par l’APS dans la région d’El-Menea, ce nouveau découpage administratif a permis de combler de nombreuses lacunes bureaucratiques, de renforcer le principe de proximité et les fondements de la démocratie locale et de moderniser l’administration locale.

Selon un député de Ghardaïa, l’Algérie s’est résolument engagée sur la voie de la concrétisation du développement de proximité, le renforcement du processus de décentralisation et le traitement du déséquilibre entre régions.

Par la création de ces nouvelles circonscriptions, les pouvoirs publics ambitionnent de promouvoir les zones pâtissant du désenclavement et de la faiblesse des infrastructures de base, afin de créer un climat favorable pour l’investissement économique créateur de richesse et générateur d’emplois.

Ceci dans le but d’élaborer une stratégie de développement économique et social pour ces nouvelles entités administratives à même d’y assurer une bonne gouvernance et d’adapter le cadre territorial aux mutations et autres transformations démographiques et spatiales enregistrées ces dernières années.

De leur côté, des citoyens de la nouvelle circonscription administrative d’El-Menea ont soutenu que leur ville « touristique » a bénéficié de la plus haute considération avec le lancement de nombreux projets « prometteurs » visant la concrétisation du développement durable et intégré tant aux niveaux économique et social que ceux culturel et environnemental.

Depuis leur accession au rang de wilayas déléguées, ces circonscriptions se sont transformées en de véritables chantiers visant à capitaliser leurs potentialités et atouts en vue d’en faire des leviers de développement économique et social, et de propulser l’investissement créateur d’emplois.

Les pouvoirs publics ont fédéré leurs efforts pour renforcer le réseau des infrastructures de base afin d’améliorer la connectivité de ces régions et d’attirer les investisseurs et opérateurs économiques à s’y installer en vue de créer de la richesse et d’ouvrir des postes de travail pour les jeunes, a fait savoir le SG de la wilaya de Ghardaïa.

Le wali délégué de la circonscription administrative d’El-Menea, Mohamed Dahmani, a souligné qu’un programme de mise à niveau de la ville d’El-Menea, de réhabilitation de son tissu urbain y compris son souk (marché) et l’embellissement des rues et ruelles, a été initié pour redonner un coup de jouvence à cette coquette oasis.

Créer une dynamique de développement intégré

« Les chantiers de développement, d’aménagement et d’embellissement sont visibles au premier visiteur d’El-Menea », a fait savoir M. Dahmani, soulignant son ambition de créer une nouvelle dynamique de développement intégré, équilibré et durable pour l’émergence de la région en tant que pôle d’excellence de développement durable.

Pour accompagner l’attractivité de la ville d’El-Menea, il s’est avéré indispensable de renforcer les infrastructures de base et les équipements de proximité, a-t-il ajouté.

Pour le wali délégué de la circonscription administrative de Timimoune (Adrar), Mabrouk Aoun, la création de l’entité administrative a permis la création de plus de 200 postes de travail permanents, uniquement dans le secteur administratif.

Côté agriculture, plusieurs défis ont été également relevés avec l’engouement d’investisseurs et nouveaux agriculteurs dans le triangle (In Salah, Timimoune et El-Menea), riche en potentiel hydrique, et le maintien des exploitations existantes ainsi que le développement des filières lait, de maïsiculture, phoénicicole et céréalière.

Ces nouvelles entités administratives ont impulsé une véritable dynamique économique et un nouveau modèle de l’administration moderne visant à assurer la performance du développement local et réaliser un développement harmonieux, responsable et durable basé sur un équilibre entre, d’une part, la création de richesse et les opportunités d’emploi, et, d’autre part, l’aménagement territorial durable et la préservation de l’environnement.

Ce découpage administratif s’inscrit au cœur des grandes réformes structurelles que connaît l’Algérie en terme de promotion de la bonne gouvernance visant à répondre aux aspirations de la société et garantir un développement global durable, a-t-on souligné.

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply