15 milliards du Qatar pour sauver Erdogan de Trump©

15 milliards du Qatar pour sauver Erdogan de Trump©

Le 16 Août , la livre turque a poursuivi son redressement après l’annonce d’un programme de financement de 15 milliards $ du Qatar.

Le 13 Août, la livre turque avait atteint un niveau historiquement bas par rapport au dollar, après avoir chuté d’environ 45% au cours de l’année 2018. Elle a depuis commencé à se redresser.

Le dernier renforcement de la lire intervient après le financement du Qatar. Tamim bin Hamad Al Thani, l’émir du Qatar, a tweeté : “Aujourd’hui, dans le cadre de négociations importantes avec Son Excellence le président Erdogan à Ankara, nous avons annoncé un ensemble de dépôts et de projets d’investissement d’une valeur de 15 milliards de dollars, dans ce pays, qui dispose d’une économie forte et robuste. “

En réponse, le président turc Tayyip Erdogan a tweeté : «Au nom du peuple turc, je remercie sincèrement le cheikh Tamim et le peuple qatari de se tenir aux côtés de la Turquie. Il ne fait aucun doute que nos relations étroites avec l’État ami et fraternel du Qatar continueront d’évoluer dans de nombreux domaines. “

La livre a été mise sous pression en raison des retombées diplomatiques de l’arrestation du pasteur américain Andrew Brunson et de l’achat de systèmes de missiles S-400 Triumf en provenance de Russie. Ces pressions se sont encore renforcées après qu’Erdogan a pris le contrôle de la banque centrale turque et en raison de la vigueur du dollar américain. Le président turc a accusé les Etats-Unis de mener une “guerre” économique contre le pays.

La baisse de la valeur de la lire a commencé le 1 er août , lorsque les États-Unis ont imposé des sanctions à deux ministres turcs. Cependant, la baisse de la valeur de la lire est devenue encore plus rapide après que le président américain Donald Trump a augmenté les droits de douane sur l’acier turc de 50% et sur l’aluminium de 20%. Ce à quoi la Turquie a répondu en augmentant les droits de douane sur les produits américains, tels que les automobiles, l’électronique, l’alcool et les produits du tabac.

La pression sur la livre aurait commencé à s’assouplir dès le 13 Août, lorsque la banque centrale turque a promis de prendre « toutes les mesures nécessaires » pour protéger l’économie.

Après les actions de la Banque centrale et les contre-tarifs imposés par la Turquie, la lire a recouvré une partie de sa valeur. Cependant, Business Insider cite Hussein Sayed, le stratège en chef chez FXTM, qui, le 16 Août, avait dit dans un courriel : « Ces mesures ne peuvent apporter qu’un soulagement à court terme et les décideurs doivent relever les défis à long terme auxquels le pays fera face. L’inflation devant monter en flèche dans les mois à venir, un déficit courant supérieur à 50 milliards de dollars et une dette de plus de 16 milliards de dollars venant à échéance en 2019, les investisseurs craignent que la crise monétaire ne se transforme en crise de la dette. Même si les tensions entre les États-Unis et la Turquie sont résolues, les investisseurs doivent encore prendre de sérieuses mesures fiscales et monétaires pour rétablir la confiance. “

Cependant, le 16 Août, le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a déclaré que les Etats – Unis sont prêts à imposer la Turquie par encore plus de sanctions. « Nous avons imposé des sanctions à plusieurs des membres du Cabinet, » a déclaré Mnuchin le 16 Août lors d’une réunion du Cabinet à la Maison Blanche. “Nous prévoyons d’en imposer encore plus s’ils ne le libèrent pas rapidement.”

Le président Trump a déclaré que la Turquie “ne s’est pas comportée en bon ami” des Etats-Unis et que son administration a obtenu la libération d’une citoyenne turque (Ebru Ozkan) d’un pays non déclaré (Israël) à la place d’Erdogan, mais qu’en échange, la Turquie a refusé de renvoyer Andrew Brunson.

Le 16 Août, dans une conférence téléphonique avec environ 6 000 investisseurs turcs ministre des Finances Berat Albayrak, qui est aussi le gendre de M. Erdogan, a déclaré que la Turquie n’avait pas l’intention de mettre sous contrôle des capitaux, tel que par l’exercice d’une restriction des retraits bancaires et des mouvements d’argent dans et hors du pays. La Turquie n’avait pas non plus l’intention de demander de l’aide au Fonds monétaire international.

Lorsqu’il s’est entretenu avec les investisseurs, Albayrak a affirmé que l’Etat de Turquie n’hésiterait pas à apporter son soutien au secteur bancaire, qui pourrait accéder à des fonds pendant les turbulences actuelles sur les marchés financiers. Il a ajouté que les retraits de dépôts effectués par des investisseurs paniqués restaient “faibles et gérables”.

Bien que la lire ait retrouvé sa valeur peu après la conférence téléphonique d’Albayrak, l’annonce de nouvelles sanctions éventuelles des États-Unis a modérément interrompu sa hausse. La Turquie semble maintenir provisoirement la valeur de sa monnaie, peut-être grâce à sa politique de gestion, mais surtout grâce notamment au financement du Qatar.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply